Réseau de villes QuattroPole » Tourisme » Route des gourmets » Le « Clairefontaine » à Luxembourg

Le « Clairefontaine » à Luxembourg

Arnaud Magnier et son épouse Edwige se sont installés au Luxembourg pour faire renaître une grande adresse de la gastronomie luxembourgeoise.

La Bourgogne au cœur du Luxembourg

Arnaud Magnier

Arnaud Magnier

Ancré dans le centre historique de la ville de Luxembourg, le restaurant « Clairefontaine » borde la place du même nom. Le bourguignon Arnaud Magnier, 48 ans, et son épouse Edwige, ont repris la célèbre enseigne culinaire du Grand-Duché en 2001. Après une expérience parisienne riche en succès et reconnaissances, Arnaud Magnier et sa compagne étaient en quête d’un nouveau défi : « J’ai postulé aux Etats-Unis et en Afrique du sud et le hasard m’a mené au Luxembourg ».

Sous l’impulsion du nouveau chef, la clientèle du traditionnel « Clairefontaine » s’est rajeunie : « Nous accueillons beaucoup de personnes dont on peut situer l’âge entre la trentaine et la quarantaine », confirme Arnaud Magnier. Pourtant, sa cuisine ne propose pas d’aventures avant-gardistes ni des portions moléculaires.

Une adresse incontournable pour gourmets

Restaurant „Clairefontaine“

Restaurant „Clairefontaine“

Arnaud Magnier est attaché à la cuisine du terroir, qui, comme les bons vins, s’améliore et prend du corps au fil des années qui la bercent d’expérience. Une des recettes favorites d’Arnaud Magnier témoigne de cette passion : « J’aime recomposer le « Lièvre à la royale » à partir de sa recette originale des années trente où elle fut lancée dans la haute gastronomie parisienne ». Le lard qui entoure le lièvre et les truffes qui composent sa farce deviennent les ingrédients d’un gâteau réalisé à partir des cuisses du gibier, une préparation qui nécessite des heures d’un travail maîtrisé à la perfection et une cuisson méticuleuse.

Quant au prix de l’effort, Magnier considère que ce n’est pas une question de goût, mais de culture : « Il y a des gens qui ne comprennent pas que l’on dépense 100 euros autour d’une table comme je ne comprends pas qu’on puisse dépenser 100 euros pour un vêtement ». Au « Clairefontaine », manger est un art de vivre.

La cuisine, c’est aussi découvrir les gens qui viennent manger

Création d'Arnaud Magnier

Création d'Arnaud Magnier

La gastronomie au Luxembourg accorde le terroir français et les saveurs italiennes, c’est dans cet esprit qu’Arnaud Magnier cultive sa cuisine : « Même si je ne suis qu’un cuisinier qui fait par exemple cuire de la viande avec quelques légumes, j’essaye avec mon équipe de présenter un travail qui harmonise l’œil et le palais, au niveau de la présentation dans l’assiette, de la texture du produit et de la forme, de la vaisselle aussi, tout en respectant le goût, la saveur et leur originalité ».

Pour Arnaud Magnier et son épouse Edwige, la cuisine c’est faire découvrir des plats, marier leurs arômes et leurs essences, faire plaisir et aussi découvrir les gens qui viennent manger. « On fait des rencontres extraordinaires. C’est un métier où on ne compte pas ses heures, c’est énormément de travail, énormément de sacrifice aussi, et au final énormément de plaisir ». Le tout est mijoté dans une salle au charme classique des valeurs traditionnelles avec un décor historique auquel Arnaud Magnier et son épouse ont su apporter la touche de modernité nécessaire et suffisante pour rafraîchir les lieux, notamment avec une vaisselle qui propose de nouvelles formes.

L’origine de sa vocation, de sa passion dévorante qui l’a mené jusqu’au cœur de la capitale luxembourgeoise, Arnaud Magnier ne saurait la situer. « Mais je me rappelle que mes parents m’emmenaient toujours avec eux manger au restaurant. C’est ce que je fais aussi avec mes enfants de 10 et 14 ans, ils mangent à la carte, comme nous. Il n’est jamais trop tôt pour commencer les bonnes choses. »

Pour apprécier la gastronomie, Arnaud Magnier considère que peu importe l’âge ou les origines : « Que ce soit à Paris, en Bourgogne ou au Luxembourg, les gens viennent avant tout pour se faire plaisir ». Une rencontre que le « Clairefontaine » et son chef ne manqueraient pour rien au monde.