Réseau de villes QuattroPole » Tourisme » Route des gourmets » « Becker’s » à Trèves

« Becker’s » à Trèves

Trèves et sa région sont un peu le berceau de la tradition gourmande allemande. Wolfgang Becker, chef cuisinier auréolé de deux étoiles au guide Michelin 2017, régale ses hôtes avec un menu exclusif et des vins du domaine familial.

L’art de la cuisine et des bons vins

Wolfgang Becker

Wolfgang Becker

Trèves et sa région sont un peu le berceau de la tradition gourmande allemande. Des paysages magnifiques qui s’étendent sur les bords de la Moselle, avec ces vignobles dont les vins agrémentent une culture gastronomique traditionnelle : la ville de Trèves profite d’un cadre exceptionnel et d’un centre ville historique dont le cœur remonte à l’antiquité.

C’est ici qu’est né Wolfgang Becker en 1968 et qu’il a grandi dans l’enseigne de ses parents à Olewig, un faubourg de Trèves. « Mes parents faisaient le commerce de leur propre vin, et parfois ils servaient également des repas aux clients », se souvient le chef étoilé de la capitale du Palatinat occidental. « Très tôt j’ai commencé à aider mes parents, et ce qui me fascinait le plus c’était la cuisine, avec ses casseroles qui mijotaient et ses fumets qui me caressaient les narines ».

Les années ont passé et Wolfgang Becker a développé l’entreprise familiale et le domaine. « Becker’s » c’est aujourd’hui aussi un hôtel, mais c’est surtout un restaurant avec une cuisine de haut vol et des vins de la propriété qui, ensemble, défient toute concurrence.

Les influences de l’école française

Restaurant „Becker’s“

Restaurant „Becker’s“

L’art de la cuisine pour Wolfgang Becker, c’est d’abord un métier qui réclame rigueur et discipline avant de permettre la créativité. Le menu des lieux est une invitation à la découverte où le chef étoilé se laisse guider par les influences de l’école française, ce que Wolfgang Becker confesse sans détour. « La culture gastronomique est issue en grande partie de la cuisine française et de ses traditions. En Allemagne, on a longtemps négligé le plaisir de manger, on mangeait parce qu’on avait faim, c’était fonctionnel, c’est tout. Mais les choses évoluent ». Une tendance que le « Becker’s » et son chef confirment aisément avec des compositions et des interprétations variées comme la poitrine de poularde farcie préparée avec un gratiné de foie gras d’oie et sa purée de coing.

Pour le bonheur de ses hôtes Wolfgang Becker met son art au service du goût de ses produits. « Je développe nos menus sur la base d’une cuisine traditionnelle, sans la couper de ses origines. Le goût et sa mise en harmonie sont essentiels, le client doit reconnaître ce qu’il mange, le décor ne remplace pas le contenu », sans négliger le gibier des forêts, la carte du « Becker’s » met régulièrement l’accent sur les poissons et fruits de mers. « Il est difficile de trouver de bons produits maraîchers dans notre région. Si vous en êtes amateur, il faut souvent se déplacer jusqu’au Luxembourg ou en Lorraine pour s’approvisionner, ou bien aller dans de bons restaurants ».

Pour recevoir ses hôtes, Wolfgang Becker propose un intérieur moderne aux lignes claires et aux couleurs sobres. « Nous recevons beaucoup de Luxembourgeois et de Français qui viennent à la découverte de nos vins et qui se laissent également surprendre par notre menu. La plupart nous connaissent par des amis qui nous ont recommandés, c’est la meilleure publicité ».

La culture gastronomique allemande est en plein essor, mais Wolfgang Becker se méfie des lauriers qui invitent à se reposer. « Tout n’est pas d’or qui brille, prenez le football allemand par exemple, aucun autre championnat n’a autant de spectateurs, mais en coupe d’Europe c’est toujours les autres qui gagnent ». Wolfgang Becker, lui, n’a aucun mal à faire briller son étoile dans la ligue des champions des grands chefs de la région frontalière, et il est bien décidé à ne pas s’arrêter là.